• Extrait conférence Christine Bauducco

    Un outil de métacognition / Le classeur des savoirs

     

    «… Le classeur des savoirs est un outil collectif…qui peut aider les P.E. à trouver un juste équilibre avec les opinions pédagogiques dominantes du moment mettant l’accent sur les méthodes d’apprentissages très individualisées (confusion parfois avec personnalisées !) avec cet engouement pour les AIM, pour les ateliers et pratiques inspirés de la pédagogie Montessori. Un engouement parfois excessif qui peut entrainer vers « du faire pour faire », vers une quantité d’activités sans lien les unes avec les autres, qui centre trop sur ce qu’il y a faire plutôt qu’à apprendre, qui fait oublier certains domaines des programmes, et quelquefois isole l’élève dans ses difficultés et ses incompréhensions..... De plus, une individualisation trop privilégiée ne conduit-elle pas à une focalisation sur la performance individuelle, éloignant des valeurs de l’Ecole?.....  

    La mise en œuvre d’un classeur des savoirs dans la classe  permet de trouver ce juste équilibre en ajustant les « innovations » (Pour Madame Maria Montessori le terme n’est pas vraiment juste !!) pédagogiques des uns et les apports des didacticiens, les recommandations des chercheurs en sciences de l’éducation mettant l’accent sur les savoirs, sur le rôle central d’une institutionnalisation des savoirs dans la réussite scolaire…  «Il revient à chacun de puiser dans des pratiques qui sont susceptibles d’être efficaces en fonction du contexte, car comme en musique une même partition (aussi belle soit-elle!! Comme celle de Madame Céline Alvarez) peut être sublimée ou massacrée selon l’interprète (Bernard Ravet)  »


  •  

     

     

     

    Un classeur des savoirs /  pour qui ? pourquoi ? 

     

     Pour 

    les 

    élèves 

     

    - donner du sens aux activités, conscientiser les apprentissages.

    - se questionner et  structurer sa pensée.

    - mettre en mots, comprendre, mémoriser

    - rendre compte de ce qu'on a appris et de ce qu’on sait maintenant.

    - participer à l'élaboration collective d'un outil commun

    -se construire en tant qu'élève qui « étend » ses apprentissages en faisant  des liens et en s’appuyant sur ce qu’il sait déjà     

     

     

    Pour 

    les 

    enseignants

     

           

           

     

    - changer de regard sur ses pratiques en privilégiant la primauté de   l'apprentissage sur l'activité

    - prendre en compte le rôle de la mémoire

    - systématiser le questionnement : « Qu'est-ce que je veux que les élèves apprennent ? Qu’est-ce que je veux qu’ils retiennent ?  puis …Qu'est-ce que je mets en place pour qu'ils y parviennent ? »

    - expliciter, verbaliser aux élèves les apprentissages visés. Privilégier « vous allez chercher, trouver, réfléchir, vous exercez …. pour apprendre à …. » au détriment du « on va faire ».

    - mettre en cohérence le parcours d’apprentissage des élèves au sein de l’école 

    Pour 

    les 

    familles

      

    - faire découvrir aux parents, par des traces mises en scène, les apprentissages menés en classe, y compris les apprentissages « invisibles » et les savoirs acquis

    - susciter des discussions parents-élèves, parents-enseignants autour des apprentissages, améliorer le climat scolaire              

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique